pensez à venir réserver vos avatars dans le bottin, car ils ne vous
sont pas réservés à l'inscription. rappel : les réservations ne durent que 4 jours.
merci de favoriser les amsaseum et les horangi

Partagez | 
 

 Little frights of pleasure. #Zidonis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
shout out to

avatar

호랑이 ✧ à feu et à sang
PROFIL
♡ avatar : Choi Seungcheol (Scoups)
♡ messages : 165
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Little frights of pleasure. #Zidonis   Mar 30 Aoû - 23:26



Little frights of pleasure.


La confusion des songes est une maladie typiquement humaine, quelque chose comme une vermine qui rampe sous votre peau et vient troubler votre sommeil. Pour y remédier, il existe plus d'une solution, et dans le cas de Ziyan, c'était simplement en laissant la chaleur décontractante d'une douche relaxer le moindre de ses muscles. Il avait bien essayé de jouer, mais il s'était retrouvé plus énervé que détendu après avoir perdu 5 parties consécutives à cause de pauvres débutants dans ce domaine et avait finalement opté pour une préparation rapide à quelques minutes de leur heure de rendez-vous. Oui, la « leur », car il avait invité un homme chez lui, fait complètement inédit puisque ça n'était pas pour passer tout l'après midi posé dans son lit à exploser quelques soldats sur COD, mais par simple altruisme. Cependant, inviter Adonis chez lui demandait qu'il réunisse tout son self-control et pour cela, la douche semblait toute indiquée. Aussi se trouvait-il, à 10 minutes de son entrevue artistique avec l'androgyne, sous le jet confortable et délassant de sa douche.
Il abandonna finalement son tranquillisant, tel un mort vivant, ses muscles mûs par une étrange nécessité. Il ne pouvait plus vraiment revenir sur ses mots à cette heure, son appartement avait même connu une révolution avec le passage de l'aspirateur et ses fenêtres étaient ouvertes. Enfilant un boxer avec nonchalance en passant devant l'une des fenêtres, il regarda un instant au dehors, se laissant surprendre par la douceur du temps ; la fin de l'été approchait et l'étouffante chaleur laissait peu à peu place à un air plus respirable, la brise qui s'engouffra dans son salon pour glisser sur sa peau le fit même frissonner, le forçant à enfiler un t-shirt qui traînait là, fraîchement sorti du sèche linge mais pas encore rangé, faute de courage. Son angoisse grandissait doucement, s'infiltrant dans ses veines comme un poison. Il fallait avouer que le jeune homme ne le laissait pas indifférent, même si la plus lourde torture n'aurait pu le faire avouer. Il avait une aura différente et sa peau s'embrasait toujours sous le contact de ses doigts, rien à voir avec les petites aventures d'un soir qu'il avait pu expérimenter auparavant, plutôt un intriguant mélange d'attachement et d'attirance qui semblait germer en lui à la manière d'un lierre grimpant.
Il finit de se préparer vite fait et alluma la télévision, se servant un demi verre de coca pour ne pas faire celui qui attendait son arrivée, ne voulant pas passer pour un idiot désespéré, chose qu'il n'était pas, pas du tout, même. Il n'avait pas même de raison d'anticiper de la sorte la venue d'un homme dans son antre, pourtant, il était comme un crétin, dans son fauteuil, observant son téléphone du coin de l'oeil, surveillant le défilé des minutes sur l'écran sombre, prêtant à peine une oreille au drama idiot qui passait à l'écran et qu'il n'aurait jamais regardé en d'autres circonstances. Il ne savait plus si son angoisse venait du fait qu'il accueillait l'artiste chez lui ou si c'était dû à ses propres réactions. Lorsque la sonnerie de l'entrée retentit, il ne put retenir le léger sursaut qui agita ses épaules. Il attrapa sa serviette, se séchant distraitement les cheveux en allant ouvrir la porte, se donnant un air volontairement désinvolte. « Hm... Déjà là ? Entre. » Et même s'il l'aurait nié jusqu'à la mort, le simple fait de poser son regard sur ses traits doux lui procurait à la fois un apaisement salvateur et une tension chaotique.


+ outfit
© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

암사슴 ✧ à fleur de peau
PROFIL
♡ avatar : yoon jeong han (seventeen)
♡ messages : 42
♡ âge : 21
♡ occupations : étudiant en art ; escort-boy
♡ côté coeur : anesthésié, ce n'est pas plus mal
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Little frights of pleasure. #Zidonis   Sam 3 Sep - 0:13



Little frights of pleasure.


Le fusain traçait doucement des courbes qu'il ne connaissait que trop bien. Ses doigts faisaient ces mêmes mouvements plusieurs fois par jour, et ce depuis si longtemps qu'il n'en comptait plus les jours. Dessiner, encore et toujours, pour coucher sur du papier toute cette rancœur qui animait son quotidien d'orphelin. Il avait mal, Adonis. Mal de ne pas savoir qui il était. Il se donnait une vie qu'il ne pensait pas adaptée pour lui. A quoi cela rimait-il pour lui ? Aller à l'université, suivre des cours qui mettaient en pratique tout ce qui l'adorait. L'art, son exutoire préféré, pour ne pas dire l'alcool et le sexe. Oui, il se donnait une vie pour mieux oublier la réalité dans laquelle il s'était lui-même plongé. Adonis avait causé sa propre perte en préférant couler au fond du trou, plutôt que de relever la tête et voir la lumière d'une vie bien meilleure. Il était perdu Adonis. Il était si perdu, et si triste. Et surtout, Adonis était une coquille vide, son intérieur ayant déjà péri depuis sa majorité atteinte.

Il plaqua subitement son calepin de dessin sur le buste alors que le bus s'arrêtait. Les portes s'ouvrirent, il laissa passer les premiers passagers pour ensuite glisser hors de la banquette arrière et quitter le transport en commun. Le quartier ne lui était pas étranger, mais c'était la première fois qu'il s'y rendait pour quelqu'un d'autre. Parce que, aussi étonnant que cela pouvait paraître, Adonis connaissait des gens, dans son quotidien fade d'étudiant. Il sortit son téléphone de sa poche, scrutant les derniers messages envoyés par son ami Ziyan, un autre étudiant chinois très geek qui avait le don de plaire à Adonis. Il récupéra l'adresse que le jeune homme lui avait donné la veille, et il partit à la recherche de la fameuse bâtisse, son calepin toujours plaqué contre le torse. Il glissa une mèche de cheveux derrière son oreille, un peu mal à l'aise de s'aventurer ici sans trouver son objectif. La vie était trop mal foutue pour lui, mais cela était une évidence depuis plusieurs années.

Il s'arrêta net devant le numéro qu'il recherchait depuis cinq bonnes minutes désormais. Il s'approcha de l'entrée, tendant timidement sa main vers l'interrupteur. Il devait prendre son courage à deux mains et annoncer son arrivée, comme cela était prévu depuis plusieurs jours déjà. Il prit une grande inspiration, lorgnant son reflet dans le rétroviseur d'une voiture. Vision écœurante de son corps qui cachait si bien les stigmates d'une vie de débauche dès le soleil couché. Il déglutit et sonna enfin. Il attendit que Ziyan ouvrit la porte. Il leva ses yeux étincelants sur le jeune homme, se permettant d'entrer en prenant bien soin de se déchausser à l'entrée. « Le bus... il n'y avait pas... beaucoup de trafic. » finit-il par dire d'une voix presque éteinte, se sentant si petit dans une antre inconnue. Invité chez Ziyan, il avait peur de faire une erreur. Après tout, l'objectif de cette vision était toute sauf anodine: le chinois avait gracieusement accepté de servir de modèle pour Adonis. Ce dernier ayant un devoir à rendre à la fin de la semaine, il s'était dit que Ziyan pourrait l'aider. Il posa maladroitement son carnet de croquis sur la table basse, ramenant son sac à bandoulière devant lui pour sortir précipitamment un petit paquet de bonbons. Comme un cadeau de remerciement pour tous les efforts que Ziyan faisaient avec lui. Mais n'était-ce pas plutôt un remerciement pour ne pas avoir découvert l'être abject qu'était Adonis ? Mystère...


+ outfit
© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

호랑이 ✧ à feu et à sang
PROFIL
♡ avatar : Choi Seungcheol (Scoups)
♡ messages : 165
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Little frights of pleasure. #Zidonis   Dim 4 Sep - 1:31



Little frights of pleasure.


Il n'était pas un artiste, il n'avait pas l'âme bohème ou même romantique, il ne comprenait pas ce que l'on pouvait analyser d'une peinture totalement abstraite ou d'un poème incompréhensible. Cependant, il n'avait pas hésité une seule seconde lorsque Adonis avait sollicité son aide, bien qu'il n'ait pas compris (et ne comprenne toujours pas) la raison pour laquelle le bel androgyne l'avait choisi lui. C'était une histoire de projet pour une classe d'art, un portrait ou quelque chose du genre, il avouait aisément que ses explications au sujet de ce travail s'étaient fondues en une sorte de mélodie sur le ton de sa voix alors que ses yeux glissaient sur ses traits, ses formes, discrètement à la fois pour ne pas se trahir auprès de l'étudiant mais aussi pour éviter son propre subconscient aux douleurs d'un nouveau dilemme sur la justesse de cette admiration. Toujours était-il qu'il avait accepté et se retrouva à l'accueillir chez lui sans avoir la moindre idée de ce que le brun attendait de lui. « Oh... Il n'y a pas de soucis, je... N'avais rien d'intéressant à faire de toute façon. »
Rien si ce n'était bien sûr écraser d'autres joueurs en ligne de façon totalement révoltante et inéquitable, or donc, sûrement pas grand chose en effet. Il le regarda faire et ne put retenir un petit rire en le voyant poser le paquet de bonbons sur sa table basse, inhabituel comme cadeau de remerciement. Ziyan lui sourit doucement alors en emmenant le paquet dans la cuisine, petite excroissance sur le côté seulement délimitée par une sorte de bar. Il verse le contenu du sachet dans un bol et en glisse un dans sa bouche, laissant un instant son regard traîner sur le bar, ses songes à des lieues de là. Il ne pouvait pas rester simplement muet devant lui mais il n'avait pas la moindre idée de ce que leur réservait la soirée et n'avait pas envie de rester comme un idiot jusqu'à ce que l'artiste ne doive lui expliquer son rôle. « Ecoute je... Ca va te sembler complètement idiot mais... Je ne sais pas du tout ce que tu attends de moi. » Et cela semblait si sérieux, terriblement formel et étrangement intime à la fois. Il s'en rendit compte alors et leva une main en faisant une grimace embarrassée. « Non je... Je veux dire... Pour ton projet ? Tu... Je ne sais pas... Je n'ai pas écouté. » Il souffla alors et se servit un grand verre d'eau qu'il vida d'une traite.
Il se tournait en ridicule et devait récupérer son calme, son charme et sa facilité de séduction avant de devenir un bouffon idiot et maladroit aux yeux d'Adonis. Il sortit un verre propre de l'armoire. « Pardon. Tu veux boire quelque chose ? Mets toi à l'aise. » Son appartement n'était en rien quelque chose d'impressionnant, un petit trois pièces, pas de quoi se trouver impressionné. Ziyan retourna s'installer auprès du brun avec un verre pour ce-dernier, s'installant et osant à peine croiser son regard alors qu'il posait les bonbons près du bord, pour qu'ils puissent se servir. Il finit par oser lever les yeux sur lui, appréciant une fois encore ses traits qui portaient autant de douceur que de force, dissimulant des secrets plus sombres que le chinois n'aurait souhaité le croire.


+ outfit
© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

암사슴 ✧ à fleur de peau
PROFIL
♡ avatar : yoon jeong han (seventeen)
♡ messages : 42
♡ âge : 21
♡ occupations : étudiant en art ; escort-boy
♡ côté coeur : anesthésié, ce n'est pas plus mal
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Little frights of pleasure. #Zidonis   Dim 4 Sep - 17:58



Little frights of pleasure.


A vrai dire, même Adonis ne savait pas ce qu'il attendait de Ziyan. Quand il lui avait proposé de servir de modèle pour son devoir, il n'avait même pas pensé à la suite. A comment mettre en évidence ce qu'il voulait transposer sur le papier. Son fusain allait l'aider, comme à son habitude, mais il avait besoin de bien plus de la part de Ziyan pour réussir à faire transpirer sa future oeuvre de sens. Les corps, c'était si facile à reproduire, mais il était bien plus difficile de construire une histoire autour de ces traits qu'il dessinait. Adonis craignait de ne pas bien s'y prendre. Il craignait de mettre en péril cette mince amitié qui les caractérisait, Ziyan et lui. Qu'attendait-il du chinois ? Rien de mal, il supposait. Quand il le regardait, il ne pensait que du bien de ce petit geek. D'ailleurs, ce côté accro aux jeux vidéos le rendait attachant. Adonis souriait parfois tout seul en imaginant son ami grogner devant son écran parce qu'un autre joueur lui mettait des bâtons dans les roues. Il aimait sourire et rougir en pensant à lui. Mais l'interdit l'effrayait. Il l'effrayait tellement et il craignait d'autant plus être rejeté par celui pour qui il avait des picotements dans les doigts.

Il tendit ses doigts arachnéens vers le bol de bonbons que Ziyan avait apporté, alors qu'il se décalait un peu sur le côté pour lui laisser de la place. Il s'efforçait de le regarder dans les yeux, de sorte à ne pas fuir ces deux prunelles qui lui plaisaient de plus en plus à force de les scruter. Il pouvait y déceler de la fougue, une étincelle qui n'était pas prête de s'éteindre. Ce qu'il pouvait l'envier. La vie semblait si belle, si facile à supporter pour Ziyan. Il avait envie de s'en imprégner, de déborder de désir pour lui. Il déglutit, jouant nerveusement avec ses doigts. Il leva ensuite les yeux sur la fenêtre du petit salon, observant les rayons du soleil percer les rideaux. Et soudain, l'idée germa enfin dans sa petite tête d'artiste dépressif. Il se leva maladroitement, manquant de faire tomber le bol de douceurs, prenant immédiatement son calepin et son crayon pour commencer quelques esquisses. « J'aurais besoin que tu... enfin... tu vois... que tu sois torse nu. » Il se tourna vers son ami, le dos courbé et les épaules rentrées, comme s'il portait sur son dos toutes les peines du monde car très gêné de demander une telle chose à Ziyan. L'art n'avait pas de limite quand l'inspiration pointait le bout de son nez. Voyant que la demande avait déstabilisé le chinois, Adonis finit par revenir à sa hauteur et il posa ses affaires pour inciter le jeune homme à se déshabiller, ses mains glissant tendrement le long de son tissu. Le souffle long, les yeux mi-clos, il finit même par lever Ziyan pour l'approcher de la fenêtre, pile en face des rideaux. Il tira sur le tee-shirt pour découvrir son dos de jeune adulte. Ses lèvres s'entrouvrirent, et il revint prendre son calepin pour continuer à dessiner. « Ne... Ne bouge pas, d'accord ? Je te promets de faire vite. Pose ta main sur ton épaule ? Comme ça, attends... » Il glissa son crayon entre ses dents et il colla son buste contre le dos nu du jeune homme, ramenant sa main sur la sienne qu'il guida jusqu'à son épaule contraire, de sorte à ce que ses doigts dépassent sur son omoplate. Ses lèvres effleuraient la peau de son cou. Il ressentait cette énergie qui caractérisait Ziyan. C'était agréable. Il avait envie de s'y réfugier pour se sentir enfin exister.


+ outfit
© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

호랑이 ✧ à feu et à sang
PROFIL
♡ avatar : Choi Seungcheol (Scoups)
♡ messages : 165
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Little frights of pleasure. #Zidonis   Dim 4 Sep - 19:41



Little frights of pleasure.


Lorsque l'on est séducteur comme l'était Ziyan, on a plutôt l'habitude d'être celui qui se retrouve à éplucher ses invités des couches de vêtements indésirables, pas vraiment à se trouver être la cible de ce genre d'attentions. Aussi eut-il un moment d'hésitation lorsque le brun lui demanda de se défaire de son haut, ne sachant pas vraiment s'il devait en rire ou si l'artiste était sérieux. Vraiment, il n'avait pas l'âme bohème et ne comprenait rien aux labyrinthes complexe de la beauté ou aux mystérieuses raisons qui poussaient un peintre à préférée une couleur à une autre, même si elle n'avait pas la moindre attache à la réalité. Il savait ne pas être le modèle idéal, il savait qu'il ne comprendrait rien aux aspirations de son vis-à-vis et pourtant, il avait accepté et se trouvait désormais dans le même espace vital que lui, à respirer le même air alors que le tracé de ses doigts sur son t shirt laissait sur son passage une série de frissons entre anticipation et plaisir interdit. Son regard glissa sur le visage d'Adonis, il le rendait fou et n'exprimait pas le moindre frémissement de trouble, ce quine l'aidait en rien. Depuis la délicieuse courbe de ses lèvres jusqu'au rideau de cils qui se déposaient devant ses iris en cet instant, il n'était pas un centimètre de ce visage qui n'envoûtait pas le pauvre gamer.
Il fut torse nu et devant la fenêtre avant même d'avoir le temps de réaliser ce qu'il se passait. Un frisson de fraîcheur glissa sur sa peau cette fois, la brise du dehors venant contredire la chaleur apportée par la proximité du dessinateur auparavant. Il s'efforçait, tant bien que mal, d'obéir aux directives de l'androgyne mais ses mains malhabiles et inesthétiques semblaient s'agencer en d'étranges angles parfaitement inadaptés à un corps humain et son cœur rata un battement au nouveau rapprochement. La moindre fibre de son être criait au secours, sa capacité de réflexion, complètement anesthésié, envoyait des signaux contradictoires et complètement incompréhensible, résultant en une réaction brusque et rapide de la part du plus grand. Sa main pivota pour saisir le poignet de son invité et il le tira pour le tenir face à lui, l'empêchant de fuir en gardant la délicatesse de son articulation prisonnière de l'étau de ses doigts ; ni trop serré car marquer une peau si douce était un blasphème, ni trop lâche car il avait besoin de marquer sa place. « Doucement... Attends un peu... Pourquoi... tu ne te déshabillerais pas toi aussi ? » Il baissa doucement le regard sur le tissu couleur crème qui ne manquait pas de couvrir le moindre recoin de peau, empêchant l'aîné de se faire une idée de la tendresse de ses formes, de la générosité de sa peau, de la douceur de son corps. Il déglutit en se rendant compte que ses doigts s'étaient déjà immiscés sous le tissu de son pull, effleurant presque timidement l'os de sa hanche qu'il sentait juste là. Il rétracta ses mains alors et sembla regagner ses esprits. « Pardon. » Il souffla discrètement en se retournant pour lui faire dos à nouveau, ses doigts reprenant place comme le lui avait suggéré le brun, le haut de ses oreilles rosi par un sentiment étrange qui s'apparentait à la gêne, l'excitation et peut être une autre brume qui serrait un anneau fictif autour de ses poumons, rendant son calme totalement relatif. « Prends le temps dont tu as besoin, je suis du genre flemmard et je peux rester immobile durant des heures. » Mieux valait sûrement pour lui qu'il garde cette position, incapable de regarder Adonis puisqu'il lui tournait le dos et donc éloigné de la plus simples, basique et instinctive des distractions : celle de la chair.


+ outfit
© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

암사슴 ✧ à fleur de peau
PROFIL
♡ avatar : yoon jeong han (seventeen)
♡ messages : 42
♡ âge : 21
♡ occupations : étudiant en art ; escort-boy
♡ côté coeur : anesthésié, ce n'est pas plus mal
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Little frights of pleasure. #Zidonis   Dim 4 Sep - 21:39



Little frights of pleasure.


Il vibrait sous la tendresse de ses doigts sur sa hanche. Il sentait sa peau découvrir la sienne dans un effleurement à peine perceptible, mais que Adonis avait quand même pu ressentir. Délicieuse attraction, son esprit hurlait que Ziyan aille au bout de sa provocation naturelle. Et pour toute réponse, Adonis rougit. Il rougit autant que son partenaire qui, après avoir parcouru sa hanche sous son pull crème, ne cèda finalement pas à ses pulsions et offrit la vue de son dos à Adonis. Ce dernier souffla silencieusement, soulagé de ne pas avoir cédé à ses démons, mais aussi terriblement frustré de voir Ziyan se raviser aussi facilement. Il l'observait là, devant la fenêtre, sa main posée délicatement sur son épaule comme Adonis le lui avait demandé. Les lèvres pincées pour maintenir le stylo entre ses dents, il remonta doucement sa main pour disposer esthétiquement les doigts fins de son partenaire. Doux. Tendre. Désireux de tellement plus. Une fois que l'image renvoyée par Ziyan fut parfaite aux yeux d'Adonis, ce dernier recula et reprit son carnet et commença à dessiner.

Son crayon courait sur le papier, il courait comme un homme courait le marathon aux jeux olympiques. Ce devoir, il le voulait impeccable, car il avait fait l'effort de demander de l'aide à Ziyan alors que ce n'était pas dans ses habitudes. De plus, il sentait fortement qu'il y avait plus que ce simple devoir derrière tout ça. Voir le chinois torse nu, lui proposant de faire pareil, avait éveillé quelque chose en Adonis. Une partie déjà morte de lui. Son désir de la chair se faisait de plus en plus puissant. Il le connaissait bien, ce besoin. C'était quelque chose dans lequel il berçait depuis qu'il avait commencé la prostitution. Il frissonnait. Ses doigts tremblaient et il se sentait irrémédiablement attiré par le corps mi-nu de son ami. Son dos commençait à prendre forme sur le carnet. Adonis y transposait toute l'énergie dégagée par la scène. Mais il manquait quelque chose. Une chose essentielle pour que le dessin prenne toute son envergure. Adonis s'avança de nouveau vers Ziyan, le souffle plus court et son coeur battant la chamade. Il posa sa main sur son épaule libre, ses doigts allant à la rencontre de son menton. Doucement, il tira le visage de Ziyan sur le côté, de façon à voir enfin son regard en coin. « Comme ça... c'est parfait... » murmura-t-il au creux de l'oreille de Ziyan, avant de se pencher plus sérieusement sur son croquis pour achever sa première esquisse. De peur de perdre l'instant dans sa tête, il sortit de son pantalon son téléphone portable pour prendre une simple photo. Ensuite, il posa le tout sur la table basse et prit les mains du chinois pour lui faire découvrir les os de ses propres hanches. « Si tu retires mon haut... tu seras inspiré pour un autre dessin ?... » Sa voix était éteinte. Son souffle chaud, brûlant, s'échappant dans le cou de son provocateur d'ami. Avoir un ami comme Ziyan possédait certains avantages, et surtout des bénéfices. Alors pourquoi renier cette tension entre eux ? Pourquoi renier la vérité qui les pointait dangereusement du doigt ? Adonis était absorbé par la beauté du corps de Ziyan. Parce que la scène était parfaite. La lumière était parfaite. Il était parfait à ses yeux, tout court.


+ outfit
© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

호랑이 ✧ à feu et à sang
PROFIL
♡ avatar : Choi Seungcheol (Scoups)
♡ messages : 165
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Little frights of pleasure. #Zidonis   Dim 4 Sep - 23:31



Little frights of pleasure.


Les sensations sont entêtantes, envahissantes, écrasantes, il a tout juste perçu son souffle contre son oreille, sa voix caressant son lobe et enrobant son esprit dans un voile de coton, et déjà son cœur est lancé dans une course contre le temps, cherchant à récupérer le moindre des battement qu'aurait pu lui dérober le dessinateur depuis le jour même de leur rencontre. Ziyan perd toute notion de temps ou de décence, il en oublie presque la présence même de l'auteur derrière lui, restant immobile plus par incapacité à forcer son corps à bouger de façon cohérente que par réel désir d'obéissance. Le chinois est loin de comprendre ce qui lui arrive. Ou bien le refuse-t-il ? Il est complètement impossible qu'un homme, aussi féminin eut-il pu être, ne parvienne à raser avec une telle aisance les remparts qu'il avait bâti avec tant d'acharnement. Il n'a pas envie de répondre à ce désir. Il veut se dissimuler à cette possibilité, à cette tentation, à cette interdiction délicieuse qu'incarne Adonis.
Mais ses doigts se laissent guider sans peine, trouvant le chemin de sa peau sans qu'il ne trouve la moindre résistance et doucement, il ferme les yeux. Le contact ne trompe personne, la peau est douce et chaude, veloutée et terriblement agréable, confortable, apaisante, il sent glisser la chair fine et ciselée sous ses doigts et il aurait pu se mentir longtemps sur l'identité du propriétaire de ces merveilles si ses paumes n'étaient pas venues se caler contre ses iliaques, largement séparés, droits, appartement sans détour à un homme. Il grogne sous cette réalisation et se redresse, ses mains bien moins douces lorsqu'il se charge de lui enlever son haut, le passant par dessus sa tête pour l'envoyer sur son canapé sans faire vraiment attention à son sort. Ses yeux sombres glissent sur son torse alors qu'il prend enfin le temps de laisser la vérité s'installer, Adonis était un homme, androgyne et terriblement doux et gracieux, mais un homme à n'en pas douter et lui, An Ziyan, sentait le désir de posséder son être malgré tout. Pas juste son corps, souhaiter posséder un corps était facile, c'était sans conséquence et facilement solutionné, mais souhaiter un être entier était une autre paire de manches. « Quel style de dessin ? »
Plus il l'observait et moins il croyait en la pertinence de sa personne comme sujet de dessin. Ses mains s'étaient logées par défaut sur ses hanches mais son corps avait dangereusement réduit la distance les séparant, leurs torses s'effleurant lorsque leurs respirations se synchronisaient. Il laissa son visage glisser vers son cou et prit une courte inspiration avant de sourire. Une de ses mains avait trouvé le chemin de ses reins et s'attardait désormais juste au dessus de sa ceinture, comme hésitant, attendant l'accord du brun. Le gamer mordit doucement sa clavicule, retrouvant une certaine adoration, aiguisant ses lèvres contre l'os tendrement enrobé de peau avant de remonter pour emprisonner son lobe. « Je ne sais pas d'où tu viens... Mais tu es illégal. » Il ne savait pas comment son ami travaillait, s'il préférait achever son œuvre avant de passer à quelque chose de plus charnel ni même s'il comptait lui accorder quoi que ce soit de plus charnel. Après tout, ils n'étaient pas si proches et malgré une certaine alchimie, Ziyan doutait de la capacité du brun à s'abandonner au premier venu, il ignorait tout de son passé et même de son présent et c'était sûrement mieux ainsi.


+ outfit
© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

암사슴 ✧ à fleur de peau
PROFIL
♡ avatar : yoon jeong han (seventeen)
♡ messages : 42
♡ âge : 21
♡ occupations : étudiant en art ; escort-boy
♡ côté coeur : anesthésié, ce n'est pas plus mal
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Little frights of pleasure. #Zidonis   Lun 5 Sep - 0:15



Little frights of pleasure.


Lui-même ne savait pas d'où il venait. Pauvrette. Adonis, l'orphelin classique qui n'avait aucune idée de qui étaient ses parents biologiques, il s'était détruit pour ça. Il s'était donné au vice dès qu'il en eut l'opportunité, et voilà dans quoi il était plongé désormais. Toujours dans l'ignorance, il se pliait aux désirs de Ziyan qui n'avait rien à voir avec le milieu dans lequel il traînait la nuit. Il s'en voulait tellement. Terriblement. Lui qui tenait à distinguer absolument ces deux sphères de sa vie, il se noyait dans les bras de Ziyan. Et il aimait ses mains, il aimait sa voix, il aimait son corps à quelques centimètres du sien. Il avait envie d'attention, il avait envie de caresses. Pas les mêmes que celles qu'il recevait de la part de ses clients lorsqu'il était l'escort-boy de base. Il voulait la tendresse qu'un étudiant attiré par un autre étudiant pouvait donner. Il avait envie de se sentir désiré pour l'étudiant qu'il était. Le petit étudiant en art qui était juste venu pour faire son devoir. Vilain Adonis. Il débauchait quiconque osait céder à la tentation.

Adonis était pris au piège, il n'allait pas en ressortir indemne. Il venait de croquer la pomme à pleines dents en proposant à Ziyan d'écouter ses propres pulsions. Le pull vola sur le canapé, Adonis rentra sa tête dans ses épaules, remontant ses mains sur celles plus fortes de son partenaire. Les joues rouges, ses cheveux tombant en cascade dans son dos nu et chaud, il soupira bruyamment lorsque les lèvres du chinois parcoururent sa clavicule. Délicieuse attention, il n'en attendait pas moins de la part de son ami. Les jambes fléchies, il ferma quelques secondes les yeux, dévoilant son cou pour permettre à Ziyan de goûter un peu plus de sa chair pécheresse. « Ca ne t'a jamais attiré, l'illégal ?... » finit-il par murmurer alors que ses mains tremblantes descendaient le long du dos du jeune homme dans une danse que eux seuls connaissaient. La machine était lancée, Adonis se laissait aller à son rôle d'escort du soir. Il adoptait les codes de la luxure, son corps suppliant à être dénudé et martyrisé de plaisir. Un plaisir éphémère, pour mettre une sensation sur ce qu'était la vie, outre que de coucher sur du papier des traits.

Adonis ne savait pas d'où il venait. Il ne savait pas ce qu'il faisait, et il ne saurait jamais pour quoi il était fait. Parce qu'il se faisait bouffer par ses propres démons. Il était si sinistre, si sombre, si malheureux. Il allait contaminer Ziyan. Écarter les cuisses pour mieux l'empoisonner de son existence. Adonis était un pêché. Le fruit interdit. Et Ziyan allait en devenir fou, comme tous les clients d'Adonis qui étaient tombés dans le panneau. Il s'en voulait terriblement de faire subir ça à son ami. Mais quand le désir de la chair était présent, comment l'ignorer ? « Montre-moi comment tu interprètes l'art, Ziyan, s'il te plait ?... » chuchota-t-il alors que sa main tira lentement sur la sangle de sa ceinture, invitant son partenaire à plonger dans le merveilleux monde de l'ivresse des corps. Leurs courbes onduleraient, leurs lèvres se lieraient, leurs regards se croiseraient. Parce qu'ils étaient faits pour ça, ils étaient faits pour se consumer mutuellement.


+ outfit
© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

호랑이 ✧ à feu et à sang
PROFIL
♡ avatar : Choi Seungcheol (Scoups)
♡ messages : 165
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Little frights of pleasure. #Zidonis   Lun 5 Sep - 12:49



Little frights of pleasure.


Au premier instant où il avait posé les yeux sur le jeune étudiant, Ziyan avait su qu'il était perdu. Toutes les alarmes de son esprit s'étaient activées en même temps, lui laissant l'impression que ce jeune homme qu'il avait devant lui et dont les yeux étaient plus mystérieux que ces histoires de capes et d'épées n'était pas de leur monde. Et il n'avait jamais eu de meilleur instinct que ce jour là, ne s'en rendant compte qu'aujourd'hui alors que son corps ne pouvait se repaître de l'intoxication causée par l'odeur de sa peau, si proche et accessible que c'en était indécent. Pourtant si Ziyan avait du utiliser des mots, il n'aurait sans doute pas utilisé celui là pour décrire Adonis. Malgré la très nette impression de violer un millier de règles auto-imposées, il ne pouvait s'en vouloir de laisser ses mains découvrir son corps avec voracité, s'il avait pu savoir ce qui se tramait dans l'esprit du brun, il aurait sûrement eu un peu plus de mal à se laisser entraîner dans les mailles de son filet. Heureusement, le gamer n'était qu'un homme comme les autres, dépourvu de la moindre compétence extra-lucide mais en proie aux désirs charnels que tout être humain doit un jour affronter.
« Je dois te prévenir, je ne suis pas l'artiste le plus accompli de cette ville. » Il glissa ses doigts sous ses fesses et le pressa alors à lui fermement, succombant totalement aux charmes indéniables de celui qu'il considérait comme sa proie mais qui se dévoilait un peu plus comme le véritable prédateur de leur jeu de chasse, laissant un Ziyan dépourvu de la moindre échappatoire face à ses charmes envoûtants. L'aîné plongea un instant son regard dans celui du brun, tentant d'y chercher du regret, peut être une certaine réserve, mais les orbes renfermaient des brumes de tristesse et de désir qui s'entremêlaient si étroitement qu'il ne pouvait y discerner la moindre réponse. Il crevait d'envie de ravager ses lèvres, de marquer son corps comme sien, de le posséder comme personne auparavant et d'un mouvement de hanches, il souleva le plus fin, l'emmenant jusqu'au bar où il le déposa en faisant voler tout ce qui s'y trouvait précédemment. Il n'eut pas la force de décoller leurs corps, sa peau brûlant contre celle de son homologue, agitant ses sens comme aucun autre feu n'aurait pu le faire. Il ne voulait cependant pas être vu comme n'importe quel autre mec, une conquête de plus. « Merde. » Une simple exclamation, la voix posée, sans agressivité, seulement une certaine limite au fond du timbre témoignant de son actuel état de désir, de possessivité, voulant se faire unique dans l'esprit de l'androgyne.
Il glissa ses doigts sur sa ceinture et l'envoya au sol en un instant, laissant ses mains s'occuper de la braguette tandis que sa bouche, pour sa part, glissait le long du cou de son ami, laissant baisers, morsures et petits coups de langue dans son sillage, goûtant sans retenue à la saveur de l'artiste. Il continua sa descente jusqu'à son nombril, mordant doucement la peau avant de se redresser pour l'embrasser doucement cette fois, tendrement, ses mains glissant contre ses fesses tout en douceur, emportant le tissu avec elles et dénudant peu à peu cette partie de lui. Ziyan était un savant mélange de passion et de tendresse, deux sentiments bruts et terriblement incompréhensible une fois mélangés de la sorte.


+ outfit
© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

암사슴 ✧ à fleur de peau
PROFIL
♡ avatar : yoon jeong han (seventeen)
♡ messages : 42
♡ âge : 21
♡ occupations : étudiant en art ; escort-boy
♡ côté coeur : anesthésié, ce n'est pas plus mal
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Little frights of pleasure. #Zidonis   Lun 5 Sep - 16:56



Little frights of pleasure.


Ses baisers étaient une délicieuse délivrance. Il se sentait vivre. Il vibrait sous les coups de langue de son ami, et il suppliait intérieurement que ses mains ne quittent pas son corps de poupée. Ce qu'il pouvait aimer cette sensation d'être désiré. Il pouvait désormais penser qu'il comptait pour quelqu'un, aussi éphémère cela était-il. Adonis n'aurait jamais cru que cette entrevue finirait de cette manière. Il était un parjure à lui tout seul, attisant la flamme du désir en Ziyan. Il s'excusait, il s'excusait dans chaque soupir d'aise qu'il poussait contre la peau brûlante de son partenaire. Vivre était si bon quand le sexe entrait en compte. Et s'enivrer des caresses de Ziyan, c'était tout ce qui importait à Adonis maintenant. Le chinois le fuirait-il ensuite ? Avoir une relation sexuelle avec un homologue du genre était encore difficile à accepter dans ce pays. Adonis était même convaincu que Ziyan assumait mal sa bisexualité (ou son homosexualité ? Il le connaissait mal pour en être sûr). Soit, il ferait en sorte que son ami soit à l'aise le plus possible. Il se laissait manipuler avec douceur, avec tendresse, parce qu'il avait envie de devenir le partenaire idéal pour Ziyan. Cette pulsion malsaine, ce désir de la chair, c'était lui qui l'avait éveillé en Ziyan, Adonis devait en payer le prix. Et si écarter les cuisses suffisait, l'acte en lui-même n'en serait que plus facile.

L'androgyne s'installa sur le plan de travail du bar après que le brun ait décalé ce qui gênait. Adonis cambra son dos délicieusement, mettant davantage en valeur chaque parcelle de son corps qui hurlait au sexe. Vite, prends-moi, fais de moi ta chose, même si cela doit durer deux minutes. Ils pourraient retrouver leur relation platonique après, ce serait facile pour Adonis. Mais là, leur jeunesse mutuelle leur criait de se laisser aller dans les bras de l'autre. Alors il le désirait, il le désirait tellement fort qu'il encourageait même Ziyan à le mettre à nu. La ceinture disparut, le pantalon glissa à leurs pieds, et les doigts affinés du chinois se glissèrent sous le dernier vêtement de l'orphelin. Nouveau soupir, il serra vivement ses mains sur les épaules de son tendre tortionnaire, les joues cramoisies. Il pouvait tâter la marchandise, rien n'était faux. Un produit de qualité supérieure, comme les clients s'amusaient à le qualifier. Mais Ziyan n'était pas un client. Ziyan n'était pas une aventure comme les autres. Est-ce qu'Adonis voulait autre chose de la part de son ami ? Peut-être, certainement. Mais en réalité, il était plus perdu et obnubilé par ce qu'il connaissait déjà par coeur: il se jetait à corps perdu dans la luxure, parce que c'était ce qu'il savait le mieux faire. Ses lèvres se déchirèrent entre elles, ses doigts d'artiste parcoururent son dos de façon à atteindre son pantalon. Adonis répondit à la provocation de Ziyan, le ramenant au même état que lui en ce moment-même et bientôt, seule la mince couche de tissu faisait barrage entre leurs deux fruits défendus. Adonis s'occupa de remonter le visage du jeune homme à sa hauteur, scrutant ses joues du bout des doigts, son autre main fouillant avec curiosité entre ses cuisses. « Tu es chaotique... tu es spontané, tu es imprévisible... ça me plait Ziyan ... » finit-il par gémir contre les lèvres de son partenaire, son coeur tiraillé par l'envie et le plaisir. Ses phalanges s'enroulèrent autour du fruit interdit, initiant un doux et lent mouvement lascif du poignet. Il avait envie d'être contrôlé, Adonis. Il avait envie d'être dompté. Il avait envie d'être ce dont Ziyan avait toujours espéré dans sa vie: un fantasme. Un mirage.


+ outfit
© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
shout out to


Contenu sponsorisé
PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Little frights of pleasure. #Zidonis   

Revenir en haut Aller en bas
 

Little frights of pleasure. #Zidonis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» ~ Pleasure and Pain [PV T.]
» Guilty Pleasure Ϟ
» [Terminé]Japanese Pleasure [Pv Charlott Waldorf]
» Des instruments de musique
» david « boys don't cry »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SΞOULITES  ::  :: Jung :: Habitations-