pensez à venir réserver vos avatars dans le bottin, car ils ne vous
sont pas réservés à l'inscription. rappel : les réservations ne durent que 4 jours.
merci de favoriser les amsaseum et les horangi

Partagez | 
 

 And the future never comes. What comes is always ((HERE NOW))

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
shout out to

avatar

호랑이 ✧ à feu et à sang
PROFIL
♡ avatar : Aya Shalkar
♡ messages : 40
♡ occupations : étudiante en commerce touristique
♡ côté coeur : babe who ?
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: And the future never comes. What comes is always ((HERE NOW))   Mar 23 Aoû - 19:43



seon jae hwa
featuring aya shalkar
“ you and I are mortal but rock'n'roll will never die ”

nom prénom △ Seon Jae Hwa. Fille de Seon Yuri, un père pour lequel elle n'éprouve pas d'admiration, en dépit de tout l'amour que lui porte cette figure paternelle grimaçante sous les coups de la vie et de la très absente Aili Bauer, une femme d'affaire hors-paire, une mère que Jae Hwa accusera d'être déplorable. âge  △ 20. lieu et date de naissance △ Vienne, Autriche, 22 janvier. Lors d'un voyage professionnel, une escale d'amour, à l'époque où ses parents s'aimaient encore. origines △ Austro-coréennes. nationalité △ Coréenne. emploi/étude △ Etudiante en commerce touristique. Sa mère est une femme d'affaire à l'international, et même si Jae méprisait ses absences, elle rêve de la suivre sur le chemin du business. Elle veut être hôtesse de l'air. Come meet me on cloud 9 ! statut matrimonial △ Célibataire. orientation sexuelle △ Les garçons. groupe △ 호랑이 ; horangi.

1. survey ; picture perfect

Son groupe sanguin ? B. Croit-elle aux soulmates ? Elle ne croit pas aux âmes sœurs. Ni au destin, ni au karma, car elle se dit qu'on ne mérite pas la vie qu'on a. Sûrement ne mérite-t-on pas plus l'amour. Lui tomber dessus, ce serait une chance ou une tare que l'Univers ne maîtrise pas davantage que les terriens. Son dernier message envoyé ? "Ok" Son dernier tweet ? "Je DÉTESTE les enfants qui crient en public. Ils ont pas de vraie raison ils ont pas de vrais problèmes ça devrait être moi qui crie. MOI" Son dernier message reçu ? "J'AI OUBLI2 D2TENDRE LE LINGE !1!111!!!!! FAIS LE EN ARRIVANT 0 LA MAISON STP !!!111!!1" Fréquente-elle les raves du club YZ ? Ouais, des fois ouais. Ressent-elle les bouleversements de culture ? Est-elle elle-même une « partisane » de ces changements ? Déjà avant, elle voyait bien comme c'était différent entre Vienne et Séoul. Déjà avant elle rêvait de ce changement. Complice d'un mouvement - une onde légère, un pas de danse - vers l'avant, elle veut vivre sa vie, ici, maintenant.


2. chinese portrait ; if she were...

si elle était un mot ? Oui. un adjectif ? Céleste.  un verbe ? Vivre. un super-héros ? Curtis Donovan. un vêtement ? Un K-way imprimé ananas. un objet ? Un bijou. une heure de la journée ? Tôt le matin, avant l'aube, quand les oiseaux ne s'éveillent pas encore. une erreur de jeunesse ? Avoir été trop égoïste. L'être encore. un défaut ? Susceptible. une qualité ? Authentique. un vœu ? Le bonheur pour tous #missséoulites2k16. une odeur ? Le jasmin. un des 7 péchés capitaux ? La colère. un des cinq sens ? La vue. un signe du zodiaque ? Le sien - verseau.  un super pouvoir ? Si elle pouvait se téléporter, pour éviter les transports bondés.


Code:
<truc1>shalkar aya ✧</truc1> <i>seon jae hwa</i>

Kjarra
I like people and food
I and I is an hungry soul
Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

호랑이 ✧ à feu et à sang
PROFIL
♡ avatar : Aya Shalkar
♡ messages : 40
♡ occupations : étudiante en commerce touristique
♡ côté coeur : babe who ?
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: And the future never comes. What comes is always ((HERE NOW))   Mar 23 Aoû - 19:51



nothing compares as no worries
“ You could have lived, but you only planned
And because of your habit of worrying about the future,
you will waste that moment also for worrying”


3. behavior ; in front of the mirror


which is messier
my life or my hair


Devant son reflet, bien assise en face d'elle-même dans sa glace, une jeune femme s'interroge. Elle n'a pas l'impression de se voir elle-même, ne reconnaît qu'avec trop de difficulté cette enveloppe charnelle qui est toutefois sensée être la sienne. Une idée lui vient : elle songe au plaisir sadique qu'a du prendre l'inventeur du miroir déformant et efface aussitôt ce qu'elle assimile à un cynisme au sourire du reflet. Disparaissent en même temps les rides – autrefois si chères à Maman – qui partaient des commissures de ses lèvres, pareilles à de petits affluents, ou plus exactement aux ondes qui se dessinent et s'évanouissent dans le même instant, à la surface de l'eau calme, quand les galets la frôlent pour faire des ricochets. Elle se fixe comme si des réponses allaient sortir de la bouche de son reflet et non pas de la sienne. Comme si ces deux bouches étaient différentes. Comme si son reflet était une autre personne qui aurait aussi des idées, un savoir, des avis, des connaissances - toute une réflexion différente. Comment les extraire du miroir ? Comment aussi ensuite les assimiler ?

Jae est bien incapable de répondre à ces questions. Elle a beau les poser à plusieurs reprises à l'autre qui la dévisage, l'air hagard, aucune des deux ne répond. Une tempête traverse son l'esprit. C'est à la fois un vent glacial qui gèle tout sur son passage, rendant immortel et immobile ; et un souffle puissant et chaud, même humide, qui réveille et recouvre de sable moite chacune des idées de Jae. Elle est dans un désert, sur la banquise, dans la jungle, en pleine ville, chez elle, au milieu de rien, partout à la fois. Et pourtant rien ne l'entoure – ou plutôt personne. Elle se sent seule. Elle se sent terriblement et irrémédiablement seule. Elle ne voit plus rien autour d'elle que ce que son imagination invente au fur et à mesure au fil de ses pensées. Puis elle réintègre son regard, qui n'avait pas quitté le miroir pourtant, et se retrouve de nouveau face à cette singulière seconde Jae. C’est peut-être elle, Hwa.
Elle se voit, mais pas en intégralité. Elle voit différemment au travers du miroir que dans sa propre tête. Elle voit le dehors. Elle aimerait combiner les deux, voir dans la glace au travers d'elle-même, voir à l'intérieur... Le biais du miroir lui proposerait indéniablement de biens meilleurs angles d'observation. C'est ça : observer. Pouvoir dire "quelle nature impitoyable, quelle jungle colorée et garnie d'accessoires pittoresques comme ceci, quel joli serpent au venin mortel ! Que le danger est grand, mais que je suis loin, j'observe seulement !" au lieu de "je suis coincée dans les lianes, les fleurs veulent me bouffer, les bestioles veulent me bouffer, l'humidité atmosphérique veut m'étouffer, au secours, au secours, au secours..."

Elle entame plusieurs hypothèses. Peut-être qu'elle, peut-être que tout le monde, chacun d'entre tous... Peut-être qu'il s'agit d'une recherche en réalité... De la recherche d'une présence face au miroir, pour être moins seul au milieu de cet immense désert. Être deux. Ou être davantage, qui sait combien de miroirs on peut avoir ? Une immensité, pour les cas d'extrême solitude... Une forêt de miroirs. Une mer de reflets. Oh non ! Marrée noire pour Jae Hwa qui cesse de réfléchir à ceci momentanément pour se préoccuper plutôt de cet énorme bouton qui a dû jaillir durant la nuit, là, au beau milieu de son front. Il est bel et bien installé pour deux ou trois jours, après l'avoir étudié sous tous ses aspects, c'est certain et c'est le bilan douloureux que la jeune étudiante peine à formuler.
- Être autonome ça veut pas dire ne pas être soutenu, alors quoi si même mon visage ne me soutient pas, maintenant ? Ça suffit vraiment, les miroirs sont pas faits pour les introspections, au contraire c'est une aide à la surveillance de boutons...


4. story ; dsylm

"Le bébé n'était pas sourd, malgré ce que l'on a cru. Un calme absolu régnait dans la chambre du couple Seon allongé de part et d'autre du lit, et le bébé scrutait attentivement le plafond, basculé sur le dos, les pieds sous le menton (ce qui est une position très confortable quand vos cuisses sont aussi longues que larges et que vous pesez à peine plus qu'un rôti). Il aurait pu s'écrouler, le plafond, et le bébé n'aurait pas bronché. Le bébé n'était pas sourd, mais extrêmement placide. Jamais il ne criait, jamais il ne pleurait, comme si rien ne le dérangeait. Il dévisageait quiconque s'approchait de ses gros yeux ronds et curieux, et s’agrippait à tous les doigts qui se présentaient. Il avait l'air sérieux d'un professeur accablé par la bêtises de ses élèves. Il ne parla que très tard par inversement proportionnel à l'essor de son sens du rangement : les crayons bleus avec les billes bleues, les figurines de garçons avec les sous-vêtements de Papa, les vernis de Maman qui sentent fort les solvants avec la litière du chat qui sent fort elle aussi. Cette férocité du rangement disparaîtra très rapidement, "vu le père qu'il se coltine" soufflera Aili, exaspérée par l'ardeur de son mari à tout laisser traîner. Il faut reconnaître que Yuri est un peu bordélique, le garçon manque d'organisation.

Avant d'avoir vingt ans, Jae a souffert des caprices de ses parents, eux-mêmes de grands adolescents. Aili claquait la porte vitrée, faisant chanter le salon derrière les effroyables sanglots de Yuri. Il la suppliait de rester. Elle hurlait "J'ai une carrière, moi, Yuri !" et il gémissait davantage, se traînant sur une moquette qui avait du sentir la lessive, un jour, quand les affreux motifs des 70's ne se mêlaient pas à la crasse que le paillasson ne retenait même plus. Il pleurait à chaudes larmes, et elle le toisait en fronçant les sourcils. Elle croisait les bras. Elle avait l'air dur. Elle l'était. Elle se demandait qui avait transformé son mari en bon à rien, pendant qu'elle avait le dos tourné, trop occupée avec ses meetings, ses séminaires, ses conventions, et surtout, surtout, la hausse du marché import-export des produits d'art contemporain.
Là, soudain entre deux disputes à en faire trembler la charpente (oui c'était une vieille maison, avec une vieille moquette), Jae Hwa est entrée en première année de collège : chérie tu veux vivre avec Papa ou avec Maman ? Elle n'avait même pas 12 ans. Elle tourna sa langue à peine plus d'une fois et demie dans sa bouche avant de faire un pas vers sa mère en murmurant "Emmène-moi avec toi, Maman." Le timbre de sa voix était cassé par les sanglots qu'elle retenait, et son ton était volontairement exténué, comme pour signifier au pauvre Yuri qu'il n'aurait rien réussi, qu'il ne garderait rien (sauf la moquette hideuse), ni sa femme, ni même son enfant.

Aili parcourait le monde, sautant d'un avion à l'autre, s'épanouissant dans la quarantaine et traînant une fille boudeuse qui ressemblait de plus en plus à son père. Les déménagements étaient fréquents et les camarades se renouvelaient régulièrement. Jae ne pouvait s'attacher à aucun lieu ni à aucune vie, forcée de s'envoler, suivant sa mère dans sa vie professionnelle frénétique. Ce rythme l'étouffait. Elle avait besoin d'air - pas d'une brise, pas d'une bouffée fraîche ; elle avait besoin d'un ouragan. Naquit alors en elle un sentiment nouveau, quelque chose qui ne l'avait jamais encore animée auparavant : la volonté. "Je veux..." amorça-t-elle timidement, du haut de ses 13 ans, "je voudrais..." se reprit-elle aussitôt en croisant succinctement le regard distrait d'Aili qui faisait du bruit avec un tas de papiers très importants "tu veux quoi Jae Hwa, tu vois pas que j'ai des choses à faire ? Je m'occupe de papiers très importants.
- Je voudrais retourner vivre avec Papa."


Les yeux qui clignent peu souvent, tout le corps semble au ralenti. Yuri se déplace lentement, respire lentement. On croirait qu'il regarde lentement si l'on puis dire. Un regard simple, yeux, trajectoire ; regard. Il n'est pas vide pour autant, au contraire, il se remplit, lentement, simplement. Profitant. Tout chez lui est très simple. Ses habits. Ses expressions faciales (il en possède trois : le sourire pour quand on raconte des blagues, l'expression satisfaite pour tout le reste, et les sourcils froncés pour quand il est contrarié, parfois nuancés par une petite moue, sobre elle aussi. Quoi que, il n'utilise presque jamais cette dernière).
Il y a un visage autour du regard. Il y a Jae Hwa en face de Yuri. Les yeux c'est l'un, la trajectoire c'est l'autre. Ô visage stupéfait devant celle qui passe et passe intouchée. Ô glaise du visage figé dans son rire panique face a celle qui passe intouchée.
Il semble être la sérénité incarnée. Des traits asiatiques, yogi, pratiquant de l'entretient de bonzaïs, ces arbres miniatures au milieu de cailloux miniatures que l'on chatouille avec un râteau miniature pour dessiner des vaguelettes, des courbettes, des cercles miniatures. Jae paraît pressée. Comme toujours, pour elle, tout relève de l'urgence ; tout, tout de suite.
Il étaient différents. Ils ne s'entendaient pas si mal.
Jae Hwa est partie du foyer après avoir bouclé le lycée, pour se rapprocher de sa nouvelle faculté.

Elle se lasse aussi vite que ne se reproduisent un troupeau de souris sous acide. Elle a besoin d'un rythme effréné et de compagnie électrique, sans quoi, eh bien, elle s'endort. Je veux dire : elle ne plonge pas dans une sieste comateuse lorsque le décors est calme, mais son cœur se glace, ses yeux se remplissent de larmes, et une tristesse effroyable s'empare de tout son petit être. Elle pleure des fantômes. C'est la rupture imaginaire, qui sort de nulle part, qui ne s'accroche à rien, qui n'a pas vraiment de sens, mais qui prend son cœur entre ses griffes et qui s'en sert comme grattoir. C'est une brume sombre qui grogne et qui couine, qui enrobe son être et qui la rend vulnérable - insupportable idée !
Alors elle sort.

Vincent Van Gogh a dit quelque chose comme, "j'ai envie de faire des choses magnifiques, mais les choses magnifiques requièrent des efforts, de la déception et de la persévérance." et l'Univers a façonné Seon Jae Hwa pour en incarner la définition.

Au gré des allers-retours entre Vienne et Séoul, le masque se rigidifia, Jae se fortifia, et décida de n'aimer personne avant soi. L'anxiété permanente devint une habitude agaçante quand elle se convint qu'il s'agissait d'un simple trait de personnalité. Elle renfrogna l'enfant fragile qui frappait doucement à la porte de son cœur et psalmodiait comme un mantra "crois en toi putain ! Reste debout toute la putain de nuit s'il le faut ! Sors de tes putains d'habitudes ! Exprime ta putain d'opinion ! Fais preuve d'un putain d'esprit d'équipe ! Ne perds jamais ton putain de temps ! Dépasse ton propre putain de record ! Continue ton putain d'apprentissage ! Trouve une putain d'inspiration dans tout ! Monte un putain de réseau ! Crois en ton putain d'instinct ! Rends tous ces putains d'efforts positivement durables ! Remets tout en putain de question ! Trouve un putain de concept ! Apprends à apprécier les putains de critiques ! Donne leur un putain d'intérêt ! Fais tes putains de recherches ! Élabore plus de putains d'idées ! Le problème contient la putain de solution ! Pense à toutes les putains de possibilités !"

La grande désillusion qu'est la vie avait endurci le regard de Jae. Elle ne contemplait plus avec émerveillement ce qui l'enchantait auparavant, ce qui lui faisait écarquiller les yeux comme une enfant devant un magasin de bonbons. Les chats qui passaient nonchalamment devant sa fenêtre, les couchers de Soleil qu'elle pouvait observer au travers des branches du cognassier du Japon qu'elle avait elle-même planté en haut de la buttée du jardin, les paillettes qui resurgissaient encore parfois d'endroits improbables depuis la dernière fête organisée à la maison, les arcs-en-ciel qui apparaissaient sur les murs du salon jusqu'à ce qu'elle ne range les quelques disques étalés sur la table basse, les constellations que Gustav inventait en reliant ses grains de beauté, les sourires d'inconnus dans la rue. Cela ne la touchait plus. Plus de la même façon.
Se trouvèrent maintes fois braqués sur cette multitude de choses, deux yeux d'un bleu lumineux, grands et curieux. Je dis deux yeux, mais non : c'était les siens. Jamais elle n'avait ouvert de tiroir pour en sortir ceux de quelqu'un d'autre et les poser là-dessus. Non, non, elle fixait tout cela avec ses deux immenses yeux bleu pâle. Ses deux yeux pâles, immenses et bleus. Le genre d'yeux qui pousseraient un adulte à babiller comme un bébé. Les yeux qui avaient fait fondre Yuri, qui l'avaient fait fondre d'un amour sincère et protecteur pour cette fille ostensiblement délaissée par une famille ratée. Il la connaissait par cœur, et paradoxalement ignorait pourtant tout d'elle ; c'est cet attrait pour ce qui est inconnu, l'attirance du mystère qui plaisait à Yuri, peut-être même davantage que l'individu lui-même. Elle n'était pas une énigme avant d'être sa fille, mais il aura passé du temps à tenter de la déchiffrer. Il se demandait beaucoup de choses, et doutait en permanence. En espérant mieux comprendre, il la regardait souvent, parfois même la dévisageait, comme elle le faisait elle-même après s'être épilé les sourcils. Mais il n'avait jamais de meilleures réponses à lui fournir que le miroir de la salle de bains. Et tous les deux, leurs bouches vides de mots, restaient là ; longtemps, souvent, il restaient à se regarder droit dans les yeux. On dit souvent que les yeux sont le miroir de l'âme, mais Jae Hwa pensait qu'au contraire, ils reflétaient l'extérieur.
- Si je regarde le ciel, et que tu regardes mes yeux, que vois-tu ? Le ciel. Tu vois le ciel aussi.
- Oui. Le temps est radieux aujourd'hui.



Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

새 ✧ un jour ailleurs
PROFIL
♡ avatar : yoshida sayo.
♡ messages : 480
♡ occupations : embrase ses traits de ton charbon abusé, recourbe ses seins et ses hanches, récolte l'iridescence de son regard, raccroche les étoiles à sa figure fatiguée...réclame la liqueur, salvatrice de tes maux, à son oreille indifférente.
♡ côté coeur : hantée, possédée par l'amour même de l'amour...et elle court, se jette, dans les bras de tous ceux qui sont capables d’essouffler le vent de ses poumons.
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: And the future never comes. What comes is always ((HERE NOW))   Mar 23 Aoû - 22:11

heureuse de te voir parmi nous

bienvenue par ici et bonne chance pour ta fichette ! merci de rejoindre l'aventure et j'espère que tu te plairas parmi nous ! si jamais, n'hésites pas à contacter le staff
Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

호랑이 ✧ à feu et à sang
PROFIL
♡ avatar : Aya Shalkar
♡ messages : 40
♡ occupations : étudiante en commerce touristique
♡ côté coeur : babe who ?
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: And the future never comes. What comes is always ((HERE NOW))   Mar 23 Aoû - 22:14

Tro janti merssi
Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

암사슴 ✧ à fleur de peau
PROFIL
♡ avatar : jeon jungkook le bo.
♡ messages : 467
♡ âge : 20
♡ occupations : strip teaser ✧ une seule ambition, les rendre fous. lire le désir dans leurs yeux comme à livre ouvert à chaque déhanché, chaque vêtement retiré. être caressé par des compliments susurrés. tout ça, que pour une éphémère soirée.
♡ côté coeur : en pièces, éparpillé.
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: And the future never comes. What comes is always ((HERE NOW))   Mer 24 Aoû - 0:05

i see you avec mon esthétisme, ça me touche
la bienvenue et bon courage pour tout ça
viens nous donner en cas de besoin

_________________
j'ai la romance dans le cœur
et la tragédie dans l'âme✨

Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

호랑이 ✧ à feu et à sang
PROFIL
♡ avatar : Aya Shalkar
♡ messages : 40
♡ occupations : étudiante en commerce touristique
♡ côté coeur : babe who ?
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: And the future never comes. What comes is always ((HERE NOW))   Mer 24 Aoû - 1:02

Olala oui je te l'ai piqué tu m'en veux pas ? J'ai trouvé que c'était trop une bonne idée ! ♥

Normalement eu c'est bon j'ai finiiiii !
Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

새 ✧ un jour ailleurs
PROFIL
♡ avatar : yoshida sayo.
♡ messages : 480
♡ occupations : embrase ses traits de ton charbon abusé, recourbe ses seins et ses hanches, récolte l'iridescence de son regard, raccroche les étoiles à sa figure fatiguée...réclame la liqueur, salvatrice de tes maux, à son oreille indifférente.
♡ côté coeur : hantée, possédée par l'amour même de l'amour...et elle court, se jette, dans les bras de tous ceux qui sont capables d’essouffler le vent de ses poumons.
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: And the future never comes. What comes is always ((HERE NOW))   Mer 24 Aoû - 11:44

l'aesthetism de cette fiche

horangi
à feu et à sang

bienvenue à toi Invité

un horangi tu es à présent, pour ne pas te sentir seul malgré ta bande, tu peux tout de suite passer te faire une fiche de liens ou même commencer à rp. n'oublie pas d'aller poster ton activité rp, et d'aller faire un tour général dans les demandes. tu peux poster ton phone, ton instagram, et chercher l'amour auprès de la kyupis agency si le cœur t'en prend. mais aussi, pour te détendre, tu peux faire un tour dans le flood, histoire de rencontrer les autres membres. autrement, nous te souhaitons la bienvenue sur séoulites et amuse toi bien parmi nous !

Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

호랑이 ✧ à feu et à sang
PROFIL
♡ avatar : Aya Shalkar
♡ messages : 40
♡ occupations : étudiante en commerce touristique
♡ côté coeur : babe who ?
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: And the future never comes. What comes is always ((HERE NOW))   Mer 24 Aoû - 11:54

lol bah c vos codes hein ils sont beaucoup trop booooooo
merci de cette validation si véloce ♥️
je m'en retourne poster PARTOUT
Revenir en haut Aller en bas
shout out to


Contenu sponsorisé
PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: And the future never comes. What comes is always ((HERE NOW))   

Revenir en haut Aller en bas
 

And the future never comes. What comes is always ((HERE NOW))

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» kimitori, la future mangaka
» Scratch Built - Future Wars
» Haiti must decide Haiti's future
» Top50 des meilleurs prospects 2008-2009 selon Hockey Future!!
» P'tite question d'une future élève (;

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SΞOULITES  ::  :: photographs :: les validés-