pensez à venir réserver vos avatars dans le bottin, car ils ne vous
sont pas réservés à l'inscription. rappel : les réservations ne durent que 4 jours.
merci de favoriser les amsaseum et les horangi

Partagez | 
 

 ✝ APOCRYPHA ✝

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
shout out to

avatar

✧ échec et mat
PROFIL
♡ avatar : Tsuzuku (Mejibray)
♡ messages : 190
♡ âge : 30
♡ occupations : Exister, se réinventer ; observer les autres par dessous ses fards ombragés et ses cils duveteux. Courir d'un lit à un autre, mener ses "affaires" avec flegme et langueur.
♡ côté coeur : La chaleur d'une nuit lui suffit ; il consomme par gourmandise, non par affection.
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: ✝ APOCRYPHA ✝    Jeu 18 Aoû - 23:37



Makishima Rei
featuring Tsuzuku (Mejibray)
“ God laughs because suffering is a human thing ”

nom prénom △ Makishima Rei, sa véritable identité. Autrefois connu sous divers noms de par une activité fructueuse et parfaitement illégale, son plus célèbre pseudonyme restera celui de « Saba » (maquereau) que lui a attribué les autorités japonaises dans l’enquête consistant à démanteler son immense réseau de proxénétisme. A présent, il aime à se faire surnommer « Mama » par les personnels et clients de son bar. Il a pour principe de ne jamais donner son vrai nom à tous ses coups d’un soir. En somme, peu de gens connaissent son véritable nom.   âge  △ On ne saurait réellement lui donner d’âge, mais il s’approche bel et bien de la trentaine : il est âgé de vingt-neuf ans, exactement.  lieu et date de naissance △ Hiroshima, le 2 mai 1986, au beau milieu du parking aérien d’un centre commercial : sa mère n’a pas eu le temps d’appeler une ambulance à temps origines △ Japonaises de par sa mère. Son père...il suppose qu’il l’était lui aussi  nationalité △ Japonaise, mais rien n’empêcherait un subit changement : histoire de « business » ..  emploi/étude △ Officiellement propriétaire d’un petit bar aux tendances douteuses et à la réputation toute singulière : il en représente sûrement l’attraction principale. Officieusement, certaines rumeurs auraient pour dire que cette enseigne serait propice au blanchiment d’argent. Aller savoir ; il avait beaucoup de capitaux à placer... statut matrimonial △ Célibataire orientation sexuelle △ Après avoir batifolé à droite et à gauche au cours d’une jeunesse impétueuse, ses préférences penchent largement pour la gente masculine dans tout son ensemble  groupe △ Baem

1. survey ; picture perfect

Ton groupe sanguin ? O négatif ; un personnage qui se voudrait confiant et intuitif en dépit d’un fond vaniteux et d’une forte instabilité Crois-tu aux soulmates ? Il y a cru, autrefois. Dans une jeunesse exaltée, un peu romantique, certainement trop mièvre. Que son Destin se présenterait un jour à lui. Le frisson d’une vie jumelle, contre sa peau, le reflet d’un autre « soi » ; si différent mais si semblable. Un battement de cil. Un battement de cœur. Il avait voulu y croire. Mais maintenant...maintenant il lui faut du concret ; la chaleur d’un corps contre le sien, des ébats saturés de violence, un plaisir vertigineux dans lequel il peut s’étourdir. Puis il faut bien s’avouer que le sexe n’engage à rien.Ton dernier message envoyé ? ? « Même hôtel que d’habitude ; tu sais qui demander. Et oublie pas de ramener ces fameux « joujoux », cette fois. Il me tarde de les utiliser... » Ton dernier tweet ? Plus de son âge Ton dernier message reçu ? « Mama, c’est quoi la recette du mojito, déjà ?  Fréquentes-tu les raves du club YZ ? Il lui est déjà arrivé de s'y  rendre ; affaires personnelles et autres... Ressens-tu les bouleversements de culture ? Es-tu toi-même un « partisan » de ces changements ? C’est une révolution qui ne date pas d’hier et qui ne prendra certainement pas fin demain. Lui aussi, avait senti ce cri de révolte gronder en lui. Hurler. Mais à chacun son heure, à chacun sa place : à présent, il regarde ce changement comme l’observateur impassible d’une pièce de théâtre : tragédie ou non, il saura admirer le spectacle à sa juste valeur.


2. chinese portrait ; if you were...

si tu étais un mot ? Apocryphe : une réplique du divin, un blasphème. Existence outrageuse mais néanmoins exquise. Le génie créateur du dieu dans le corps d’une bête : une grossière erreur  un adjectif ? Irrationnel : les limites de la réalité et du rêve s’entremêlent, s'amourachent, se lient et se déchirent. Il n’y a de rationalité que pour l’esprit qui veut le croire. L’esprit fermé un verbe ? Transcender : se surélever. Le corps domine l’esprit, l’asservie. L’esprit domine le corps, l’enchaîne. Le dépassement de soi, de sa propre existence, une quête perpétuelle, un rêve inassouvi un super-héros ? Il n’y a pas de héros ; seulement l’animal, l’erreur et le dieu un vêtement ? Un porte-jarretelles alliant la douceur dentelle à la froideur du cuir un objet ? Le Fou : la seule pièce de l’échiquier qui imite la Reine une heure de la journée ? 18h18 : plus qu’une heure, un repère, une obsession. Un chiffre une erreur de jeunesse ? L’attachement : désillusion et dégoût à la clé. La seule chose qui est véritable n’est autre que le reflet de soi dans le miroir un défaut ? La démesure : vouloir toujours plus, ne se reconnaître aucune entrave, fantasmer à ce qui devrait être et non ce qui est une qualité ? La démesure : volupté indécente, caprice de vouloir une chose et son contraire, posséder et se faire posséder ; rêver les yeux ouverts un vœu ? Echapper à la condition humaine : être un dieu véritable une odeur ? Le thé au gingembre un des 7 péchés capitaux ? L’Orgueil : le plus sublime et le plus fort ; celui du mâle primitif, celui de la femme et du serpent : celui qui mène les anges au tombeau un des cinq sens ? Le goût : le seul sens qui requiert la sollicitation d'un muscle aux inflexions sensuelles un signe du zodiaque ? Gemini un super pouvoir ? S’introduire dans les rêves des autres, les altérer : être une parfaite succube


Code:
<truc1>Tsuzuku (Mejibray) ✧</truc1> <i>Makishima Rei</i>

INCUBUS / 夢魔
Hey les loulous   ! Ici INCUBUS, petit démon capricieux aux tendances...particulières ayant un fort goût pour le mélodrame et les situations extrêmes   ... A vrai dire je suis une faible, j'ai été traînée de force ici, mais vu ce magnifique design et ce contexte fantastique (j'espère que Mama d'amour pourra trouver sa place parmi vous   ) je dirais que c'était plutôt un kidnapping consentant   ... Enfin bref, même si je peux faire peur au premiers abords, je suis un simple petit bébé en manque d'amour qui mord pas si fort que ça   .. #adoptezmoi







« J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans ... »
“ Et plus de vies qu’un chat... ”


3. behavior ; in front of the mirror



Fascinant ; voici certainement le premier mot qui viendrait à l’esprit de ceux qui tenteraient –triste métier- de définir le personnage de Rei. Ce dernier paraît en dehors de toutes catégorisations ; de toutes choses. On pourrait le percevoir comme à mi-chemin entre deux univers, perdu aux frontières de la réalité et du rêve. Il n’est non pas « entre » ; simplement « au dessus » de tout cela. Bien au dessus des mots, au dessus des frontières ; déjà « autre chose ». Du moins aime-t-il le penser ; s’en persuader.
Rei ne serait rien sans sa mégalomanie ; l’orgueil, l’admiration qu’il éprouve pour sa propre personne : pour l’image qu’il pense, et qu’il essaye –tant bien que mal- de donner. Il reste malgré tout discret quant à cette estime particulière qu’il éprouve envers lui-même ; jamais il n’en fera par à qui que ce soit. Il n’exprime d’ailleurs que très rarement ses propres pensées ; pensées qui se révèlent pour le moins embrouillées : confuses. Rei pense beaucoup. Peut-être trop. Délicates reliques de son adolescence meurtrie, qui l’écœurent tout autant qu’elles l’enivrent.
Sa bouche pourrait se fendre en un large sourire à l’instant même où son regard se ferait assassin : au aucun cas, Rei ne se résumerait à « un » ; une unité, un tout. Rei ne se résume tout simplement pas. Cependant, il ne faudrait croire qu’il s’en retrouve pour autant divisé. Il est ; existe. Et jamais –jamais- il ne viendrait à se définir. Son être est entraîné dans une quête perpétuelle : il ne peut que devenir. Devenir « autre » , encore une fois. Inconsciemment, il s’agit d’une façon d’échapper à la réalité, à sa condition. De reconnaître qu’il est, après tout, comme tout le monde ; tous ces gens normaux. Ces gens qui se résument à vivre, qui s’efforcent de le faire, tout en voulant garder cette fameuse dignité humaine ; celle qu’il ne comprend et ne dispose pas. Ne partage pas. Rei aimerait être autre qu’un homme ; non pas un héros mais un dieu.
De la sorte, il était tout bonnement impensable que Rei reste « banal » : c’est certainement ce que témoigne son apparence toute particulière. A nouveau indéfinissable. Ni réellement un homme, pas tout à fait une femme. Un « entre-deux » pour les gens, un « autre » pour lui. Attirant pour certains, abominable pour les autres. Rei ne cherche pas le « beau » : il cherche l’unique. Il veut être vu, regardé, observé. Peu lui importe l’admiration ou le mépris ; il ne vit que pour lui. Déjà, il n’a plus à prouver quoi que ce soit. Il fait de son corps la vitrine de son esprit ; celui-ci est marqué de parts et d’autres, recouvert d’arabesques étranges, de chiffres et de créatures, orné d’innombrables piercings, mutilé parfois. Plus que son corps, il vénère bel et bien sa personne, son esprit. Et il constate, avec une satisfaction jubilatoire, qu’il est parvenu à transcender les limites mêmes de son enveloppe corporelle ; né mâle, il parvient à aller contre sa nature, rejette les femelles. Son corps représente malgré tout l’unique moyen d’accéder à son seul vice, celui qui le rapproche des bêtes.
Rei rejette toutes substances susceptibles de l’attirer dans de quelques sombres dépendances. En dépit de cela, son appétit sexuel se révèle insatiable ; il ne peut nier sa nymphomanie aiguë, de la même façon qu’il ne cherche pas à la refouler : disposer de son corps comme il l’entend et par simple caprice lui semble être un privilège qu’il peut se permettre, en comparaison à toutes ces personnes qu’il a longtemps eu sous son contrôle. Aussi, la nature de Rei est d’un masochisme délirant ; il apprécie particulièrement la violence : il lui serait impossible de concevoir le sexe d’une autre manière. Peut être impossible de concevoir l’amour. Il ne reconnaît que l’extase, ce qu’il y a de plus profond, de plus poignant. Une extase inhumaine ; une extase vers le bas. Lourde et étouffante. Celle qui le rapproche au plus près de sa propre existence ; le sexe est l’unique moyen de prendre pleinement conscience de son être.
Outre cela, le rapport de Rei vis à vis des autres reste pour le moins obscur. Il n’aime réellement ni ne hais totalement. Il observe avec rêverie les autres, comme s’il était à part. Aux yeux de tous, il n’est qu’un extravagant, insaisissable. Ses paroles n’ont pas à suivre un cours logiques ; il en est de même pour ses actes. Il est irrationnel, en dehors de la réalité. Son être lui-même pourrait sembler incertain ; Rei n’a pas de visages définis, ce qui perturbe bon nombre de gens. Encore une fois, il ne se limite pas à une apparence. De la sorte, jamais il ne montrera son visage « naturel » ; peut-être car il s’agit de celui que sa génitrice lui a transmis. La couleur de ses yeux ne restera jamais telle quelle du jour au lendemain, à l’instar de son maquillage si lourd qu’il s’apparaîtrait tant et si bien à un véritable masque. Rei s’en retrouve parfois chimérique, surréaliste. Il ne peut suivre une seule et même ligne continue.


Et, quelque part, barricadée au plus profond de son être, se trouve une forte instabilité dont lui-même ignore l’étendue.


4. story ; behind the curtains



Elle l’avait mis au monde seule. L’avait élevée seule, comme seul, on élève un animal malade par pitié ou par faiblesse. Parce qu’elle n’avait pu se résoudre à le tuer ; elle était encore jeune, après tout, et le risque d’un avortement clandestin pouvait être dangereux. Elle ne voulait pas mourir : pas encore. Et elle avait fini par le garder. Pas parce qu’elle l’aimait, non. L’instinct maternel n’était qu’une illusion en laquelle on voulait faire croire toutes ces pauvres femmes désabusées. Elle ne l’avait même jamais aimé : lorsqu’elle avait posé les yeux sur lui pour la toute première fois, elle avait eu la nausée. Cette chose était laide, difforme, répugnante. C’était une erreur. Elle aurait dû faire plus attention : avoir un enfant n’était rien de plus qu’une plaie, dans son métier. Mais, elle n’avait pu lutter contre sa propre pitié. Elle l’avait gardé ; elle aimait à penser que certains dieux l’auraient récompensé de ce sacrifice. De ce boulet auquel elle s’enchaînait : de l’erreur qu’elle assumait.
Elle l’avait nommé Rei. Comme le zéro, comme ce chiffre insignifiant, vide et creux. Une absence. Une chose : une chose qui n’était certainement pas son enfant. Une chose, simplement. Un objet que l’on posait dans un coin de la pièce, et qu’on essayait d’oublier : un souvenir qu’on enterre et auquel, parfois, on pense avec amertume et regret.

Lui, avait toujours manifesté envers elle un semblant d’affection. Il l’appelait maman ; elle le regardait avec un dégoût illimité lorsqu’il le faisait. Il attendait patiemment le soir de la voir rentrer, les cheveux en bataille, le chemisier ouvert plus qu’il ne devrait l’être, maquillée outrageusement sous des fards plus criards les uns que les autres, portant de faux ongles chargés de motifs enfantins et bien trop longs, perchée sur des talons aiguilles laqués de rouge, des billets plein les poches. Elle était encore si jeune -il n’y avait pas plus d’une quinzaine d’années d’écart entre eux deux- et semblait pourtant si âgée, le visage creusé par la fatigue et toutes ses substances dont elle abusait tant et si bien que ses passages à l’hôpital devenaient réguliers. Elle ne le regardait que très peu, ne lui parlait pas : elle tentait de l’ignorer. Rei l’aimait malgré tout. Parce qu’il se sentait relié à elle comme à personne d’autre, par un lien invisible que lui seul semblait voir. Mais, plus il s’approchait d’elle, plus elle le repoussait. Elle rejetait en boucle son existence ; celle d’un petit enfant d’une sixaine d’année. « Nous ne sommes pas une famille. Parce que tu n’es pas mon enfant. Tu vis ; c’est tout. » Il entendait souvent ces mots cruels, lorsqu’il tentait de se blottir contre elle, terrorisé par l’orage ou par la solitude qui le rongeait, à passer ses journées seul dans le noir en attendant son retour. Et il avait accepté. Il était prêt à accepter.

Puis, dans une nuit d’ivresse, elle avait amené un client chez elle ; chez eux. Client qui avait trouvé chez le petit garçon un attrait bien plus poignant qu’à sa mère, pauvre fille qui usait sa propre vie pour une poignée de yens. Rei ressemblait presque à une fille, avec ses longs cheveux noir que personne n’avait pris soin de couper, et son visage poupon aux traits angéliques, qui témoignait d’une innocence qu’il trouva totalement provocante.
Cette fois-ci, elle le rejeta complètement : le chassa. Il n’y avait rien de pire que la jalousie d’une femme : celle d’une mère sur son propre fils, qui ne supportait pas de voir cette chose s’épanouir alors qu’elle se mourrait. Elle lui jalousait cette jeunesse, cette candeur qu’elle avait perdu : par sa faute.
Cette fois-ci, Rei n’accepta pas.

Il n’avait même pas dix ans, lorsqu’il quitta Hiroshima et son passé sordide, Hiroshima et Sadako, son mémorial et ses milles et une grues colorées.
Rei fut baladé de foyers en foyers, jusqu’à finir dans les rues de Tokyo. Adolescent révolté, il se surprit à haïr la société qu’il découvrait avec ses yeux furibonds. Il haïssait cette société hypocrite qui ne vivait que par l’argent ; qui ne vivait que pour l’argent. Il se sentait mélancolique, souffrant de ce fameux mal du siècle, ne trouvant réellement sa place nulle part. Il aimait à soupirer « je suis venu trop tard dans un monde trop vieux ». Romantique, il rêvait d’un ailleurs qu’il aurait pu trouver dans la contemplation du monde, dans l’introspection de sa propre douleur. Mais, bien vite, il apprit que les émotions étaient vaines, les aspirations futiles. L’espoir ne nourrissait pas : il empoisonnait ; tuait. Il avait besoin d’argent, il avait besoin de consommer. Consumer. Le genre humain le dégoûtait : il essayait de penser qu’il était différent ; ne l’était pourtant pas. Il se laissait corrompre avec délice, délaissa ses scrupules. Il n’y avait rien de plus réelle que la chaleur torride des corps, le plaisir de la chair. Il n’avait pas à réfléchir, lorsqu’il se jetait à corps perdu contre ce vertige, retenait tout ce qui l’attachait encore à la vie. Et il ne vivait pas ; il existait.

Puis, vint la volonté d’accomplir : créer, déformer, modeler selon ses propres désirs. Rei avait la folie des grandeurs, celle de sa propre existence. Son corps était une pièce d’art : il œuvrait chaque jour à le parfaire : rien n’était plus excitant que de le recouvrir d’encre indélébile, le perforer de part et d’autre ; le récréer à son image : il ne pouvait se résoudre à rester tel qu’elle l’avait fait. Sa plus grande fierté fut sûrement de se faire trancher la langue en deux par son compagnon de l’époque, au beau milieu de leurs ébats.
A dix-neuf ans à peine, il se lança dans un business incroyablement prospère : le proxénétisme. Dans un pays où la mafia disposait de près de 40% des entreprises et autres institutions véreuses, rien n’était plus simple. Il fallait juste se montrer sans scrupules : Rei n’en avait aucun. Contraindre ces pauvres adolescents de son âge, parfois même plus jeunes, à se prostituer pour survenir à leurs besoins, ne lui causait aucun état d’âme ; il en était de même lorsqu’il revendait de la drogue à ces pauvres jeunes qui n’avaient pas même de quoi se nourrir. A dire vrai, il éprouvait même un certain plaisir à diriger ce petit réseau qui, au fil des années, se transforma en une véritable toile. Il y avait une satisfaction orgueilleuse à mépriser toutes ces personnes qui lui faisaient si cruellement penser à celle qui l’avait fait naître. Et, plus fort encore était son orgueil lorsqu’il pensait, avec vanité, que lui n’avait pas à coucher pour gagner sa vie ; il avait le luxe de choisir qui, quand et où, le luxe d’en faire un véritable caprice : le luxe de se donner à n’importe qui par gourmandise, par simple recherche de ce plaisir. Parce qui valait bien mieux qu’eux.

Rei eut plus de vies que n’importe qui, plus d’identités et d’apparences qu’il était permis de le penser. Il en avait vu, des choses. Il avait organisé tant de trafic, participé à tant d’affaires plus sordides les unes que les autres. Il avait voyagé aux quatre coins de l’Asie, parfois même plus loin, revêtant tour à tour un nouveau déguisement. Il ne se limitait pas à « être ». Il existait, se réinventait chaque jour. Il échappait à sa misérable condition de simple mortel. Il avait l’illusion, l’orgueil, de se placer au dessus de « ça ». De tout. Il aimait à penser qu’il pouvait être, plus qu’homme dans un monde d’hommes.

Les jalousies qu’il suscitait auprès de quelques groupes mafieux et la police qui semblait se rapprocher à chaque jour un peu plus de son commerce illégal l’amena à lever le pied. L’argent qu’il avait amassé au cours de ces dix années était considérable, fou ; d’autant plus qu’il ne l’utilisait que très peu. Ce n’était d’ailleurs pas tant l’argent qui l’intéressait, mais bel et bien le contrôle des autres ; ce grisant sentiment de puissance. Il semblait s’idolâtrer lui-même. Il n’était plus l’adolescent révolté et fataliste qui s’était élevé pour se prouver qu’il pouvait exister pour sa propre personne. Rei était devenu un adulte dépravé, à mi-chemin entre nihilisme et mysticisme, à mi-chemin entre l’homme et la femme, l’animal et le dieu. Il n’avait plus rien à se prouver ; il avait fini par exister.

Afin de se faire oublier un certain temps auprès des organisations officielles et officieuses de son pays natal, il mis les voiles en Corée du Sud. Il avait largement les moyens de se permettre n’importe quelle folie, de s’amuser un peu, observer ce qui se tramait dans cette société qui semblait comme ébranlée par une pulsion encore inconnue. Il en riait pourtant avec légèreté ; déjà, il était bien au dessus de tout cela.



Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

새 ✧ un jour ailleurs
PROFIL
♡ avatar : yoshida sayo.
♡ messages : 480
♡ occupations : embrase ses traits de ton charbon abusé, recourbe ses seins et ses hanches, récolte l'iridescence de son regard, raccroche les étoiles à sa figure fatiguée...réclame la liqueur, salvatrice de tes maux, à son oreille indifférente.
♡ côté coeur : hantée, possédée par l'amour même de l'amour...et elle court, se jette, dans les bras de tous ceux qui sont capables d’essouffler le vent de ses poumons.
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ✝ APOCRYPHA ✝    Jeu 18 Aoû - 23:50



alors là...l'originalité me transcende wllh !!!! ton personnage, laisse moi te dire qu'il a l'air d'envoyer de la tuerie, de même pour cet avatar genre inconnu !

JE TREPIGNE D'IMPATIENCE DE VOIR CE PERSO JOUE


bienvenue par ici et bonne chance pour la suite de ta fichette ! s'il y a quoique ce soit, n'hésites pas à contacter le staff ! merci de faire partie de l'aventure et j'espère que tu t'amuseras bien par ici
Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

암사슴 ✧ à fleur de peau
PROFIL
♡ avatar : jeon jungkook le bo.
♡ messages : 467
♡ âge : 20
♡ occupations : strip teaser ✧ une seule ambition, les rendre fous. lire le désir dans leurs yeux comme à livre ouvert à chaque déhanché, chaque vêtement retiré. être caressé par des compliments susurrés. tout ça, que pour une éphémère soirée.
♡ côté coeur : en pièces, éparpillé.
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ✝ APOCRYPHA ✝    Jeu 18 Aoû - 23:51

houuuu c'est un avatar original, c'est rafraîchissant
cte partie personnelle est toute cute on en aurait envie de te pincer la joue, mais t'en fais pas, les gens ici sont cool, votre place se fera tout naturellement
la bienvenue encore, merci pour ces compliments ;u; et bon courage pour le reste de cette fiche!! viens nous voir en cas de besoin

_________________
j'ai la romance dans le cœur
et la tragédie dans l'âme✨

Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

암사슴 ✧ à fleur de peau
PROFIL
♡ avatar : Fernanda Ly
♡ messages : 48
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ✝ APOCRYPHA ✝    Ven 19 Aoû - 0:01

C'est faux!
Je l'ai pas traîné.. Je l'ai juste fortement encouragé à venir ici,
c'est différent

Rei il déchire le slip de mamie Jacqueline! Je l'aime!
Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

✧ échec et mat
PROFIL
♡ avatar : Tsuzuku (Mejibray)
♡ messages : 190
♡ âge : 30
♡ occupations : Exister, se réinventer ; observer les autres par dessous ses fards ombragés et ses cils duveteux. Courir d'un lit à un autre, mener ses "affaires" avec flegme et langueur.
♡ côté coeur : La chaleur d'une nuit lui suffit ; il consomme par gourmandise, non par affection.
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ✝ APOCRYPHA ✝    Ven 19 Aoû - 0:41


Han, trop d'amour, je suis déjà toute chose   ...

Seira > Merci beaucoup      ! Je suis contente que l'originalité plaise, j'avais peur de me faire totalement rejeter, de un par l'avatar et de deux par le personnage en lui-même ... heureuse de voir que mes craintes étaient inutiles  

Et je trépigne tout autant de commencer à le jouer       -va vite terminer sa fiche-

Merci encore, je n'hésiterais pas à venir vous embêter (et ce peut-être même très prochainement   ...)

Loann > Merci beaucoup à toi aussi, heureuse de voir que mon vava est doublement approuvé   !

Han, super, on va pas se faire taper, alors, Mama et moi    ..

Reira > Trop de persuasion en toi, comment aurais-je pu lutter      

Merci merci ma Doudouble    
Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

✧ échec et mat
PROFIL
♡ avatar : the minki god
♡ messages : 110
♡ âge : 26
♡ occupations : trifouiller des intérieurs si tu vois ce que je veux dire.
♡ côté coeur : marié à mon scalpel. je possède loann aussi yolo.
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ✝ APOCRYPHA ✝    Ven 19 Aoû - 8:37

ouh un personnage vraiment unique ici je suis surprise, mais ça donne envie d'en apprendre plus sur lui bienvenue ~
Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

✧ échec et mat
PROFIL
♡ avatar : mark yi en tuan
♡ messages : 149
♡ âge : 20
♡ occupations : dealer ☽ prostitué
♡ côté coeur : petite chose fragile aux milles couleurs, trop ternes et froides
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ✝ APOCRYPHA ✝    Ven 19 Aoû - 13:50

o m f g
je suis ptn de choqué, ton choix de personnalité je omg jpp ma vie
très, très (...) très bon
bienvenue en tout cas oulala, courage pour la rédaction de ta fiche, si tu as besoins de quoi que se soit n'hésite pas
Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

호랑이 ✧ à feu et à sang
PROFIL
♡ avatar : jackson wang.
♡ messages : 14
♡ âge : 24
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ✝ APOCRYPHA ✝    Ven 19 Aoû - 15:46

ohlala trop de potentiel en une personne je
la bienvenue ici I love you
attends-toi à une demande de lien pcq je laisse pas passer.
Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

호랑이 ✧ à feu et à sang
PROFIL
♡ avatar : kim woo bin
♡ messages : 190
♡ occupations : bg professionnel, dans une grande entreprise. sinon dans des petites magouilles pour les détruire et venger sa mère.
♡ côté coeur : marié à une femme d'âge mûr, il baise(ra) son fils.
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ✝ APOCRYPHA ✝    Ven 19 Aoû - 18:44


bienvenue
jolie tête
Revenir en haut Aller en bas
shout out to

avatar

✧ échec et mat
PROFIL
♡ avatar : Tsuzuku (Mejibray)
♡ messages : 190
♡ âge : 30
♡ occupations : Exister, se réinventer ; observer les autres par dessous ses fards ombragés et ses cils duveteux. Courir d'un lit à un autre, mener ses "affaires" avec flegme et langueur.
♡ côté coeur : La chaleur d'une nuit lui suffit ; il consomme par gourmandise, non par affection.
RPG
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ✝ APOCRYPHA ✝    Sam 20 Aoû - 1:12


Reagan > Je ne sais pas s'il est unique, mais on va tenter de faire illusion  
Merci beaucoup  

Dak Ho > ..cette réaction me rend toute émue   je me fais même pas jeter des cailloux à la figure, c'est trop cool  
Un grand merci à toi  

Aidan > Du potentiel ça reste à voir, mais des choses à exploiter c'est certain   ..
Merci pour ton accueil, je t'attendrai de pied ferme sur ma fiche de liens   (t'es obligé d'y passer, maintenant   )

Jaejoon > Merci   !
Contente que le vava plaise  
Revenir en haut Aller en bas
shout out to


Contenu sponsorisé
PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: ✝ APOCRYPHA ✝    

Revenir en haut Aller en bas
 

✝ APOCRYPHA ✝

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Registre des avatars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SΞOULITES  ::  :: photographs :: les validés-